We have a dream…

Les parcs de Zion, Bryce canyon

On s’enfuit donc de Las Vegas ventre à terre pour se réfugier dans les immensités naturelles des parcs de l’Ouest. Notre première destination est le petit parc de Zion, un bijou de petits canyons dans un écrin montagneux. L’intégration de la masse touristique est parfaitement gérée, les deux campings à l’intérieur du parc sont près de l’entrée Ouest et ensuite il y a un système de navettes toutes les 5 minutes qui vous emmènent aux départs de tout un ensemble de chemins de randonnées pour tous les niveaux, de la randonnée pépère de 0.5 miles à la randonnée ultra sportive avec descentes de canyons en rappel. Nous optons le premier jour pour une rando moyenne d’environ 5 miles sur l’Emerald trail qui nous emmène gentiment sur les parois abruptes d’un petit canyon. Au fond de celui-ci se trouve, paraît-il, un petit bassin dans lequel se jette en cascade le petit ruisseau qui se faufile ensuite dans les méandres du canyon. Comme d’habitude quand nous sortons de la navette il est déjà presque midi et il fait chaud…Ça me rappelle comme un air de déjà vu ! Mais après les 48° que l’on a enduré dans la Dead Valley, ce n’est pas les 36° de fillette d’aujourd’hui qui vont nous arrêter! Et c’est parti mon kiki, cette fois on a le sac à dos, des sandwichs et de quoi boire, alors Gaz! La première partie du chemin est ombragée et grimpe doucement le long de la paroi, la deuxième partie devient plus accidentée et se trouve en plein soleil. Nous nous arrêtons à l’ombre d’un des rares pins pour casser la croûte et regarder avec amusement les différents types de randonneurs. Il y a de tout, la plupart sont en tongs et en short…quelques uns sont suréquipés comme si ils partaient escalader l’Everest, avec chaussures de montagne, méga sac à dos, bâtons de marche, chapeau protège-nuque, etc., et la majorité est quand même d’allure svelte. Curieusement pour nous, mais habituel partout en Amérique, on rencontre pourtant une petite proportion de ses personnes bien en chair ou de ses anciens vraiment anciens dont nous nous demandons à chaque fois comment ils peuvent bien faire pour arriver jusqu’ici !!! C’est réellement incroyable de voir des gens transpirer sue et eau, de voir des gens qui marchent avec toutes les peines du monde, de voir des gens qui seraient chez nous en maison de retraite sur une chaise roulante depuis bien longtemps, se hisser dans des endroits improbables pour nous! A tel point qu’avec Mich on s’est posé la question du taux de mortalité sur les chemins US, c’est vous dire….Seuls les meilleurs survivront…et ce n’est pas sûr que se soient forcément les plus jeunes… mais en tous cas, tous ont un lien commun, ils transpirent comme des phoques! La troisième partie est la plus ardue, nous nous reposons près d’une grande dalle en pierre sur laquelle de nombreux cairns ont été édifiés et j’en profite pour en faire un bien bancale, histoire de laisser aussi une trace écologique de mon passage… La chaleur devient accablante et nous sommes à deux doigts de renoncer lorsqu’un couple de français que nous croisons nous confirme la fin du chemin à deux pas. Sauvés par le gong! Il va falloir que l’on se remette sérieusement à l’entraînement…Ca tombe bien d’ailleurs, car le soir nous allons retrouver Claude, ancien adjudant chef avec 20 ans de légion étrangère, que nous avons rencontré à Las Vegas et qui parcourt aussi le monde avec sa femme en camping car. C’est le premier couple de français que nous croisons et qui voyage comme nous. Enfin presque, car l’organisation n’est pas vraiment là même… Avec Claude et sa femme Dominique, « Organisation » n’est pas qu’un vague mot abstrait présent dans le dictionnaire, ici tout est réglé au millimètre, jusqu’à l’heure de manger et la marche commando est obligatoire matin et soir! Oups…!
C’est pas compliqué, moi, rien que de les écouter, j’ai mal aux jambes!
D’ailleurs quand ils nous ont croisés au camping, on était vautrés sur nos chaises longues en train de siroter un coca bien frais alors qu’eux partaient pour leur randonnée de fin d’après midi avec retour nocturne…Ils nous ont ensuite payé l’apéro avant que je me couche, exténué ! Le lendemain on a échappé à l’appel pour filer directement faire notre petite balade de touriste dans les Narrow’s, une remontée de rivière au fond du parc dans un canyon étroit. C’est une randonnée qui devient rapidement longue et physique car d’une part il faut patauger et avancer dans de l’eau troublée par le passage des nombreux randonneurs sur un fond sablonneux et d’autre part il y a parfois des passages profonds dans un lit de rivière devenu caillouteux. On va vite comprendre pourquoi tous les touristes louent des bâtons de marche, des sacs étanches pour les appareils photo, des chaussures aquatiques, des chaussettes néoprènes, etc…Tout est prévu ici pour suréquiper le pauvre plouc mais nous on ne rentre plus dans le système aussi facilement et comme ce n’est pas encore Carnaval on est resté déguisé en bon plouc et on avance,…en trébuchant tous les dix mètres, en s’enfonçant dans des trous d’eau jusqu’à la taille, en se tordant les chevilles mais en sauvant quand même le principal, le nouvel appareil photo! Ça serait quand même dommage de le perdre alors qu’on vient juste de l’acheter sans avoir eu le temps de prendre en photo tous ses pingouins déguisés à grands frais dans le même uniforme étanche pour la modique somme de 40$… ah! le business aux USA est vraiment une institution…jusqu’au fond des canyons les plus perdus. Il nous faut faire attention par ailleurs à garder suffisamment de force avant de faire demi-tour car il n’y a pas de sortie proche dans ce canyon et il faut donc refaire tout le chemin parcouru en sens inverse pour retourner à la navette ! Donc il faut mieux prendre la décision de faire demi-tour avant les premiers symptômes d’épuisement…bien que la tentation soit grande de toujours vouloir aller jusqu’au prochain virage, là où se trouve surement la superbe arche ou la jonction avec le canyon Tartanpion…Comme on n’est pas encore entraînés pour la marche commando, on fait demi tour avant d’être arrivé à la fameuse jonction mais enchantés par cette randonnée dans l’eau au sein d’un paysage fantastique. Nous sortons du parc par l’entrée Est qui est plus typique que celle de l’ Ouest . On traverse ensuite les Red Canyon dont la couleur rouge est époustouflante et le contraste avec le bleu du ciel propice à la réalisation de splendides photos. Nous vous laissons seuls juges…

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Parc de Bryce Canyon
A ne rater sous aucun prétexte!
Au camping du parc nous retrouvons notre ami Claude, parti après nous de Zion et arrivé avant nous à Bryce…Un! Deueueux! Un! Deueueux! Je passe l’après-midi à contrôler les freins et permuter les pneus de Lapinou pendant que Claude et Dominique…vont marcher un peu! 18h, on prend la navette pour visiter les merveilles du parc, on descend au terminus, scénic point of vue qui disent, et on passe un bon moment à s’émerveiller devant la beauté du monde…avant de se rendre compte que la dernière navette était à 18h20…et qu’on est à 10 kilomètres du camping! Comme on n’est toujours pas près pour la marche commando, je tend le pouce à la sortie du parking et la première voiture qui passe s’arrête! Ça change de la France… Marc, un étudiant espagnol qui vient de passer 7 semaines d’école à San Francisco et qui finit ses vacances en visitant les parcs de l’ouest en voiture de location, s’arrête gentiment et nous allons ainsi passer une superbe soirée ensemble. Son plaisir devant la salade de fraises qu’avait préparé Michèle est un pur régal . Nous avons passé une excellente soirée à étudier la rentabilité de l’exploitation catalane des pines de pin et lorsque j’emmène Couic promener pour le dernier pissou, Claude dort depuis longtemps….
Le chemin entre le Sunset Point of vue et le Sunrise Point of vue est sublime, nous le faisons avec Claude et Dominique qui finalement marchent tout à fait normalement, la différence entre eux et nous c’est qu’ils marchent plus longtemps,…beaucoup plus longtemps! Moi, je pars du principe que: Qui veut marcher loin, ménage ses petites jambes. Donc c’est ce que je fais, le matin, petite ballade et l’après-midi grosse sieste! puis lecture, thé à 16 heures, rédaction du blog et …apéro encore chez Claude qui vient juste de rentrer. On avait prévu de le faire devant Lapinou mais il s’est mis à pleuviner et leur camping car est plus spacieux que le notre. Encore un bon moment de passé ensemble… en Somalie et outre-mer. Merci Claude et à bientôt au Mexique.

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :