We have a dream…

L’Oregon partie 4

Il a bien fallu quitter Karie et sa tribu, c’est le côté un peu difficile des voyageurs que nous sommes devenus. On rencontre souvent des gens avec qui on aurait envie de discuter un peu plus longtemps, avec qui on a envie de prolonger encore un moment ses instants de vie magique mais le bonheur vécu est tellement intense justement parce que dès le départ toutes les parties savent que cet instant magique va être forcément limité dans le temps qu’il est vain, voir même dangereux de vouloir le prolonger à tout prix. Karie, tu occupes maintenant à côté de tous les êtres qui me sont cher une place privilégiée dans mon cœur et je te souhaite tout le bonheur du monde.
image

Le ronronnement du moteur de Lapinou berce notre mélancolie et nous nous retrouvons sans vraiment nous en rendre compte sur une piste de montagne qui va nous emmener au bord d’un petit coin de nature perdu auprès duquel nous allons pouvoir nous ressourcer. Après plusieurs kilomètres de piste sur laquelle nous allons croiser deux énormes camions de transport de grumes et un ermite à l’aspect pas très engageant nous tombons sur un bivouac sympa en bord de rivière. Les truites ne veulent toujours pas de ma cuillère mais le lieu nous permet de renouer avec la magie de dame nature et les mûres ramassées le long de la piste saupoudrée avec un soupçon de sucre en poudre finissent de nous remonter le moral. La vie est belle.

image

image

image
Nous retournons ventre à terre sur la hightway number one, j’aime bien rouler vite sur ses pistes en terre où la poussière épaisse soulevée par le passage du camion s’étire longuement en larges panaches de fumée dans le plus pur style Paris Dakar…il en faudrait peu pour que je me prenne pour George Groine!
‘…L’ermite doit encore me maudire et avoir les dents qui croustillent…mais tu n’as pas tout perdu l’ami puisque tu as le bonjour de filou le fou!
Arrivée au carrefour de la US 1 dans un nuage de poussière on se retrouve « on the road again », pour la poursuite de nos aventures.
Chaque virage peut apporter sont lot de surprises et quelques miles plus tard nous allons ainsi découvrir nos premiers lions. Les américains sont vraiment des gros malins. Quand on descend la côte pacifique en venant du nord les premiers groupes importants de lions que l’on va trouver se réunissent dans une grotte difficile d’accès mais au bord de la route. Alors, ni une ni deux, ils ont creusé la parois sur plus de 70 mètres pour y installer un ascenseur, construit tout une flopée de motels, de restaurants et de boutiques de souvenirs, aménagé de méga parking et hop le tour est joué, grâce à la générosité de Dame nature, quelques petits malins s’en mettent plein les poches. Et vos deux ploucs préférés se sont ainsi fait roustir 40$ pour voir un tas de lions que l’on peut finalement voir se prélasser un peu plus loin de partout pour « free »…En plus dans leur grotte de vogue il faut des jumelles pour voir les lions, à tel point qu’ils ont été obligé d’installer des caméras dans la grotte pour filmer les lions en permanence et permettre ainsi, par l’intermédiaire d’un grand écran relai posé dans un coin de la grotte aménagée, aux benêts de touristes de les voir un peu mieux…alors qu’un peu plus loin, on peut approcher les lions de tellement près qu’on peut leur parler dans l’oreille! …Gratos! Grrrrr!!!!!
Donc, voyageurs, ne vous arrêtez pas à la « Famous world lion’s cave » même si c’est écrit que c’est le plus grand rassemblement « mondial » de lions que vous pouvez trouver et attendez d’être un peu plus au sud où vous pourrez en voir et en entendre autant que vous voulez.
La route numéro 1 qui longe la côte pacifique est vraiment splendide et nous allons passer la nuit dans un petit port où nous regardons un moment les pêcheurs professionnels dépecer les thons frais qu’ils viennent de pêcher. Cela nous fait bien envie mais pas moyen d’en acheter sur place. Nous en achèterons le lendemain un bon morceau…pour une petite fortune! 50$ le morceau de thon!!! Bon d’accord il était excellent mais quand même…Il y a vraiment au niveau des prix, des choses surprenantes ici, comme par exemple le coût prohibitif des fruits (3$ le fruit) alors qu’il y en a de partout dans les vergers…, le coût également d’une baguette de pain dégueulasse (5$!!!), le coût de l’eau en bouteille alors qu’elle est gratuite et fraîche dans tous les distributeurs de soda en self service , etc…Heureusement que l’essence est beaucoup moins cher que chez nous car finalement ici, ce que l’on consomme le plus, c’est bien le carburant ! Donc tout va bien!
On assiste encore à un coucher de soleil sympa puis au petit matin au spectacle d’un lion mélancolique, seul sur son ponton il semble regarder passer le temps…
image

image

image

image

image

image

Puis la route nous attire de nouveau comme un aimant, comme quelqu’un que l’on aime avec parfois ses instants où les pôles peuvent aussi s’opposer. La route nous attire et on la prend pour parfois la quitter presque aussitôt…Depuis que nous avons échoué sur la côte Pacifique, poussé par l’invitation de Gib qui a maintenant disparu de la circulation, nous n’avançons plus. L’Oregon, qui nous était apparu sous un mauvais jour, c’est transformé en côte merveilleuse pleine de princes et de princesses. Nous nous arrêtons à Winchester Bay pour faire quelques courses et je remarque un ballet incessant de pick Up et de camping car traînant des quads, des buggies et pleins d’engins tout terrain bizarres. Ma curiosité est aiguisée et en léchant les vitrines des quelques magasins du bled je tombe sur l’affiche magique: Dunefest 2013, le plus grand rassemblement des USA de sport mécanique dans les plus haute dunes de sable du coin se tient à 5 kilomètres de là…ce week end! Les week-end de fête aux USA durent du jeudi au samedi. Nous sommes lundi et il y a déjà de nombreux passionnés sur place et les exposants commencent à s’installer aux milieux des dunes de sable. Tous les campings sont complets car les américains planifient très longtemps à l’avance leurs déplacements. Le cœur de la fête se tient dans les dunes au milieu d’une plaine de sable. Autour de l’espace officiel où sont tracé différents circuits d’animation et où l’on trouve les Barnum des exposants et une scène de concert, le ballet des camping car ou des truck remorquant d’énormes remorques cherchant à rejoindre un emplacement pour camper est fascinant. Le sable est mou et neuf véhicules sur dix s’ensablent…
Mais nous sommes en Amérique, le pays de la démesure et tout est prévu! Une noria de tracteurs sur chenilles est gratuitement à la disposition des campeurs pour remorquer dans le sable leurs énormes camping car ou autres camions jusqu’à l’emplacement désiré! On explique notre cas à l’un de ses chauffeurs de Caterpillar, que l’on n’a pas de réservation, qu’on vient de loin….etc … et il nous conseille gentiment de s’installer où on veut, que si on s’ensable il est là pour nous aider, que de toute façon même ceux qui ont réservé n’ont pas d’emplacement de délimité, chacun se met d’abord où il veut, après où il peut… puis à partir de demain comme tout sera complet (ils attendent dix mille personnes…) il nous précise qu’une fois dans le sable on ne pourra plus sortir du parc avant dimanche!
Ça tombe bien, nous qui voulions faire une petite pause après tous ses kilomètres parcourus ses derniers mois et qui avions prévu de là faire un peu plus au Sud à Ashland chez le mytho Gib, nous la ferons quand même dans l’Oregon mais dans la Winchester Bay.
Bon, ça n’a pas été vraiment une semaine de calme et de repos…mais heureusement la plage n’était pas loin et elle était interdite à tout engin motorisé, elle a donc été notre havre de calme quand la tempête des loisirs mécaniques devenait trop pressante. Je rêvais de vivre un grand événement de sport mécanique à l’américaine, nous l’avons vécu carrément de l’intérieur et ce fut une nouvelle fois un grand moment incomparable et inoubliable. Vive le Voyage.

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :