We have a dream…

Québec et Montréal

Québec et Montréal

Même si il ne faut pas mélanger provinces et villes je résumerai mon avis sur ses deux villes en étant d’accord avec la maxime gravée sur toutes les plaques d’immatriculation de la province du Québec mais avec la variante suivante…

Québec je me souviens…et Montréal surtout j’oublie…

Quebec ville possède un joli centre historique, on a bivouaqué sur le port de plaisance où il n’y avait aucun bateau car l’eau y était encore bien blanche…peut-être un peu tard pour y faire du patin à glace mais en tout cas on n’aurait pas pu y mettre tout de suite notre luxueux yacht à l’eau…(finalement ça tombe bien, on va annuler la commande…!), la mise à l’eau est même encore sous 1m de neige!
Bien qu’il fasse grand beau, un vent glacial nous transperce la peau et même bien emmitouflés la ballade en extérieur n’est pas vraiment une partie de plaisir. Malgré son petit manteau de tapette Couic est toute bleue… Nous nous réfugions un temps au marché couvert où nous dégustons quelques spécialités locales: Caneberges, bleuets et sirop d’érables non maintenant plus de secret pour nous, avant de partir direction l’île d’Orleans au beau milieu du St Laurent pour aller visiter une cabane à sucre en passant par les chutes de Montmorency. C’est la fin de la récolte de la sève des érables et pour fêter cela, tous les we du mois d’avril, les cabanes à sucre organisent des méga festins où se retrouvent toute la population locale. C’est ainsi que la visite de ce qui devait être une petite cabane à sucre perdu au fond d’un petit bois d’érables (comme sur l’image des petits bidons de sirop…) à fini dans une méga ferme dont l’activité « sirop d’érable » ne représentait qu’un tout petit pourcentage de son activité globale…

image

image

Pour vous donner une idée, faisait également partie des bâtiments, deux salles de restaurant pouvant accueillir plus de 150 personnes…(complet tout les we d’avril avec réservation obligatoire au moins 8 jours avant…), un mini musée expliquant la fabrication du sirop ainsi que son évolution à travers les siècles, un magasin de vente, des parkings avec placier, etc… On est loin de l’image du petit paysan de chez nous passant de village en village avec son alambic… On achète quand même une petite fiole de sirop d’érable, ma foi fort bon, et on reprend notre route sur Montréal.
Arrivée dans la nuit à Montréal, cette ville nous paraît immense et me rappelle même si cela peut paraître incongru, l’approche de capitales africaines telle que Bamako… juste avec le réseau routier en moins. En effet il y a très peu d’immeuble mais une quantité innombrable de petits pavillons collés les uns sur les autres au milieu de friches industrielles, le tout est sale, partout des papiers jonchent le sol, des graffitis font leur apparition sur de nombreux murs et ponts, des épaves de voitures ou machines diverses trainent un peu partout au milieu de bâtiments plus ou moins abandonnés. Il y a également beaucoup de zones où l’éclairage est faible voir inexistant, parfois une trouée correspondant à un immense espace commercial apporte un peu de vie et de lumière puis de nouveau cette notion de mal-être qui revient nous entourer…

image
Le stationnement semble être un problème car extrêmement réglementé. Nous trouvons un emplacement dans une rue au dessus d’une voie ferrée et à l’entrée d’un pont. L’endroit est un peu glauque…mais il est tard et il ne semble pas y avoir d’interdictions diverses du genre « réservé aux résidents » où  » interdit plus de 2 heures » où « interdit la nuit », que l’on a rencontré jusqu’à présent et à l’avantage d’être près du centre. Je demande à 2 ou 3 passants si je peux stationner là pour la nuit mais le contact est plutôt froid…On a retrouvé la langue française … mais aussi la morosité qui va avec!
J’avais déjà été prévenu à ce sujet en prenant l’avion pour Montréal où, durant le long trajet, j’avais eu l’occasion de lire un excellent article dans le Financial Post du 26 mars 2013… (encore un signe…! )

image
…Cet article se proposait d’expliquer le pourquoi de la morosité constatée des français…comparés à d’autres peuples.
Un bel article sur deux grandes pages intérieures avec l’appui racoleur d’une belle photo, en première page s’il vous plait, surmontée du titre suivant en gros caractères:

Why the French really are  » Les misérables »…

Le début de l’article est prometteur…Une nouvelle étude montre que les français sont bien loin d’être aussi heureux que leur niveau de vie devrait leur permettre, pointant du doigt des problèmes psychologiques et culturels tel que le système scolaire…
L’article intégral est sur ma page Facebook…
Pour revenir à nos moutons, on a donc passé dans un endroit glauque une nuit tranquille sous les ponts de Montréal pour mieux se rendre compte au petit matin de notre environnement, les bâtiments du secours populaire à notre droite et ceux de l’armée du salut, 200m plus loin à gauche. Comme il semble faire un peu plus chaud, nous tentons une sortie en centre ville à pied et nous abandonnons Lapinou à la garde du secteur social…D’immenses building flambants neufs et au design épuré côtoient d’anciennes églises et des bâtiments tristounets entourés là aussi par de nombreuses friches sales et abandonnées. Des mendiants font leurs apparitions un peu partout avec pour seuls différences avec les nôtres qu’ils savent être plus discrets.

image

image
N’étant pas particulièrement adeptes des magasins, nous faisons l’impasse sur la ville souterraine, une ballade rapide sur le vieux port…(on a du se tromper d’endroit car absolument sans intérêt) et nous rejoignons Lapinou pour faire un tour de la ville motorisé. La vue du belvédère dans le parc royal qui domine la ville confirme ma vision tristounette de cette ville…Nous redescendons par la typique rue des restaurants jusqu’à la plateforme olympique et sa tour penchée devant laquelle nous cassons la croûte dans Lapinou. Il recommence à pleuvoir, ville de merde, temps de merde et même poulet de merde qui trouve le moyen de nous mettre un PV sur le pare brise (sûrement pour stationnement?) alors que nous étions dans Lapinou en train de manger…80$ le PV quand même! Ils nous prendraient pas pour des américains ces canadiens de Montréal? Le PV finit direct à la poubelle et comme le courant ne passe pas entre Montréal et nous, mauvaise météo, mauvaise période, mauvaise humeur… on met vite les voiles sur l’Ailleurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :