We have a dream…

Première nuit dans Lapinou au Canada

Nous sommes début avril et la météo est encore bien fraîche pour nous. Nous décidons donc de ne pas nous attarder dans la nouvelle Écosse ni dans le New brunswik. Nous roulons donc en direction de Montréal en faisant quand même un petit crochet par Rockwell Park. Le park est fermé mais nous pouvons descendre jusqu’aux rochers en économisant les 18$ d’entrée. Heureusement d’ailleurs parce-que cela ressemble plus à un piège à touriste avec bars, souvenirs, navettes, etc… qu’à un site exceptionnel. Payer 18$ pour voir 3 cailloux, faut vraiment être en manque! Vivement le Rockcrawler Park…
On bivouac dans un petit village sur une petite placette après avoir demandé l’accord à un voisin qui pointait le bout de son nez. La nuit a été bien ventée mais no problémo, nous sommes rodés. Chauffage au gaz au minimum et 23° le matin dans Lapinou!! Soit on enlève une couverture, soit on coupe le chauffage la nuit mais il va falloir agir si on ne veut pas finir en lobster local. (Homard au Canada)
Ce matin il fait grand beau et nous prenons le départ pour le park de Fundi. Tout est fermé, tout est gelé et on traverse le park par une route unique qui serpente dans une forêt sans attrait particulier. Tous les accès aux chemins qui pénètrent dans la forêt sont fermés et enneigés. Les seuls animaux que nous verrons seront des caribous et des élans …sur les panneaux en bord de route! Finalement la seule émotion du matin, c’est Mich qui l’aura eu lorsque dans une longue ligne droite, l’accélérateur du camion est resté bloqué à fond. Pas de quoi casser une patte à un cochon (il suffit de débrayer et de couper le contact) mais j’ai eu le tord de le dire à Mich et de ne pas m’arrêter tout de suite car je voulais vérifier si ce n’était pas un tapis ou autre chose qui entravait simplement le fonctionnement de la pédale d’accélérateur…Et Mich a paniqué un peu, se voyant déjà dans un remake du film « descente infernale au pays des Bisounours gelés »…
Finalement c’était juste le câble d’accélérateur qui avait gelé et après deux ou trois pschitt pschitt de WD 40 bien placé (une petite pensée émue à mon Didou…) nous sommes repartis sans souci.
Un peu gelés quand même, car le temps de basculer la cabine du camion, d’identifier la source du problème, de faire pschitt pschitt au mauvais endroit, de reverrouiller la cabine, de contrôler qu’effectivement ça coince toujours…Plouc un jour, plouc toujours…, de rebasculer la cabine, d’inonder le moteur de WD40 (un bon traitement de choc, il n’y a que ça de vrai…) de chercher pendant une demi-heure cette saloperie de capuchon rouge de la bombe de WD40 qui a disparu…(au fond de ma poche!..) de reverrouiller la cabine et de ranger tout le bazar que j’ai pu éparpiller un peu de partout, et bien on avait quand même un peu pris les oreilles rouges!

image

Commentaires sur: "Premières nuits canadiennes à bord de Lapinou" (2)

  1. jean philippe a dit:

    tes recits (tres detaillées)nous permettent de voyager avec vous …

  2. on aime bien le remake des bisounours. Nous c’est le cable d’embrayage qui avait gelé la nuit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :